Heath Care for Refugees

(Cliquez ici pour le français.)

On February 25th, 2013, CARL launched major litigation to challenge the legality of recent cuts to health care coverage for refugee claimants.

Press Release: Doctors and Lawyers Challenge Federal Health Cuts to Refugees

Backgrounder: Legal Challenge to Cuts to Refugee Healthcare

Litigants in this case

Other patients' stories of being denied healthcare

Primer on Refugee Health Cuts


PRESS RELEASE: Doctors and Lawyers Challenge Federal Health Cuts to Refugees

Toronto, February 25, 2013


Today, Canadian Doctors for Refugee Care (CDRC) and the Canadian Association of Refugee Lawyers (CARL), along with three individual patients, asked the Federal Court to declare that federal government health cuts to refugee claimants are unconstitutional and illegal.


The Interim Federal Health Program (IFHP) has been in existence since 1957 and is administered by Citizenship and Immigration Canada. IFHP paid for basic health care for refugee claimants and refused claimants until they were removed from the country or became eligible for provincial health care. Without consultation, Minister Jason Kenney abolished the program in June, 2012, and replaced it with a program that denies basic, emergency, and life-saving medical care to thousands of refugee claimants who have lawfully sought Canada’s protection.

Owing to the secretive process of rolling out an opaque and complex set of rules, health care providers, insurers and patients have been left in a state of confusion. Many patients fear asking for health care and some physicians simply refuse to treat any refugee claimants.

Dr. Meb Rashid, a founding member of CDRC, stated that, “Some patients cannot be treated unless their health condition is a threat to Canadians. It is far below the standard any physician would hope to provide his or her patients. Ultimately these reductions will cost the health care system as much or more in emergency care and have already caused a great deal of suffering.”

“It is also far below the standard any democratic country should provide for refugee claimants or any other human being under their jurisdiction,” added Lorne Waldman, president of CARL and lead counsel on the case. “These cuts are inconsistent with the Canadian Charter of Rights and Freedoms and Canada’s international obligations under the UN Refugee Convention. Worse than that, they are mean and callous. People with severe medical conditions are being put at risk; they are suffering unnecessarily for the saving of a pittance.”

Both CARL and CDRC are grateful to their fellow profession for stepping forward to right an obvious wrong. Mr. Waldman noted that he was unaware of another occasion where doctors and lawyers had cooperatively joined forces to oppose an obvious injustice with court action.

For further information contact:
Dr. Meb Rashid: mebrashid@hotmail.com | 416.315.1270
Dr. Philip Berger: bergerp@smh.ca | 416.867.3712
Mr. Lorne Waldman: lorne@lornewaldman.ca | 416.482.6501



BACKGROUNDER: Legal Challenge to Cuts to Refugee Healthcare

A legal challenge has been launched in the Federal Court of Canada, arguing that the federal government’s cuts to refugee health care are unconstitutional, and in breach of Canada’s obligations under international law.


Canada has a long tradition of providing basic health coverage to refugees

The Interim Federal Health Care Program, a federal insurance program, has historically provided temporary health, vision and dental insurance to all refugee claimants and resettled refugees, up until the time they were either accepted as refugees and were eligible for provincial health care, or if not accepted, until they had exhausted their legal options to remain in Canada. Refugee claimants have received some type of interim federal health insurance coverage since 1957.


Cuts eliminate most federal healthcare benefits for refugees—even if they are children

On April 5, 2012 the federal government passed an Order-in-Council to make drastic cuts to the health benefits paid by the federal government to refugee claimants. These changes were made without advance notice or consultation with the provinces or health and immigration stakeholders. The cuts came into effect on June 30, 2012, including the following:

  • Refugee claimants have coverage for medical services, but no longer have federal coverage for vision care, dental care or prescription medications—even life-sustaining ones such as insulin. This rule even applies temporarily to privately sponsored refugees—people who Canada recognizes as being in need of protection.


A child refugee claimant with a heart condition awaiting his hearing develops a dental abscess. The infection can spread to his heart, yet he is unable to receive dental care while awaiting the outcome of his family’s hearing.

A refugee claimant is diagnosed with cancer after he arrives in Canada but before his claim has been decided. He can see a doctor but has no insurance to cover the costs of his chemotherapy or medication.

  • Refugees from countries that the Minister has designated as safe (“Designated Country of Origin” or “DCO”), such as Mexico and Hungary, as of Dec. 15, 2012 receive no medical care at all, unless their condition poses a public health risk or security concern for Canadians.


A woman who is five months pregnant flees her abusive partner in Mexico. As Mexico has been designated as a so-called “safe” country, this woman will not only have no access to any prenatal care, she will also not have health coverage for the delivery of her child, or postnatal care.

  • Refugee claimants whose claims have been rejected can only obtain medical care where their condition poses a public health or security concern. Even where the person cannot be removed from Canada, due to a government-issued moratorium on removals to particularly dangerous countries like Afghanistan or Iraq, she or he has virtually no health coverage despite being able to work legally in Canada.


A refused refugee claimant from Afghanistan cannot be returned to Afghanistan, given that there has been a moratorium on all removals to Afghanistan since 1994. He is able to obtain a work permit so that he can support himself while his immigration status is in limbo. If he has a heart attack, as a refused refugee claimant, he is not entitled to health coverage for treatment or for necessary medications.


Cuts to refugee healthcare have significant impacts

The changes to the healthcare coverage for refugee claimants are significant for a number of reasons:

  • This is a dramatic cut to the basic level of health coverage to some of the most marginalized and vulnerable people in Canada (sometimes, a claimant’s health problems are directly related to the persecution they suffered in their home country);
  • People are likely to suffer significant health risks under this new policy;
  • Refugees have had federal health insurance coverage for 55 years; these cuts mark a major shift in Canada’s tradition of universal health care and its humanitarian treatment of refugees;
  • The changes were imposed without consulting provinces, the public or direct stakeholders;
  • The changes will result in a significant downloading of costs onto the provinces and onto individual physicians who provide certain emergency services free of charge;
  • The complexity of the changes, coupled with the lack of consultation, have made it difficult for the medical community to understand the cuts, and to accurately inform patients about their coverage;
  • The average annual cost of the IFHP was about $552 per refugee claimant;
  • Ironically, the cuts may well increase government health costs in the long run as emergency care generally costs much more than the preventive care which is being eliminated.


Legal challenge alleges refugee health care cuts are unconstitutional

The legal challenge is being filed at the Federal Court of Canada on behalf of three patients who have had critical health care denied to them since the government cut health care coverage for refugees in June of 2012. The cuts to refugee health care are also being challenged by two public interest groups who bring additional expertise and resources to the fight: Canadian Doctors for Refugee Care, a group of doctors who treat refugees across the country, and the Canadian Association of Refugee Lawyers, a national organization of lawyers and academics who are concerned with refugee law and policy.

The challenge argues that the cuts to refugee health care violate the fundamental human rights of refugees, as protected by the Canadian Charter of Rights and Freedoms, without any lawful justification.

The cuts threaten the rights to life and security of the person in section 7 of the Charter.

The Supreme Court of Canada has already made clear in the Chaoulli decision that denying medical care can increase the risk of medical complications and cause severe psychological stress that threaten the security of the person and can even lead to death, in violation of section 7. The government has not clarified its reasons for these cuts. Assuming that the goal of the cuts is to discourage fraudulent refugee claims, there is no evidence that these cuts will have that result. Accordingly, the government’s decision to cut health care benefits is arbitrary and unjustified.


The cuts amount to cruel and unusual treatment, contrary to section 12 of the Charter.

These cuts reduce or deny basic and life-sustaining health coverage for refugee claimants, likely causing significant and unnecessary pain and suffering to refugee claimants. The changes to the refugee health care coverage are inconsistent with international practice; numerous European countries provide more comprehensive healthcare coverage to refugee claimants than Canada.


The cuts discriminate against refugees from certain countries, and discriminate against people based on their immigration status, contrary to section 15 of the Charter.

For the first time, the type of health care coverage provided to a refugee depends on their country of origin. The federal government’s changes to refugee health care insurance deny medical assistance to people from certain countries, such as Mexico and Hungary, which have been designated as safe by the Minister, while providing care to refugees from other countries. The cuts to refugee health care also discriminate on the basis of immigration status by denying basic health care to individuals residing in Canada on the grounds that they are seeking refugee protection.


The cuts are inconsistent with Canada’s international law obligations.

Under the Convention on the Rights of the Child and the Convention Relating the Status of Refugees, Canada is obliged to provide basic health care for refugees and children. The cuts do not comply with those obligations.


Patients denied medical care and medications under the Interim Federal Health Program

All patients on this list are refugee claimants or refused claimants who were denied medical care or medication under the Interim Federal Health Program (IFHP) after it was radically reduced on June 30, 2012. These are individual patient stories. They are succinct accounts recorded by doctors across Canada to give Canadians specific accounts of the human suffering caused by the removal of federal medical funding for refugee claimants. Most patients are not identified to protect their privacy. None are available for personal interviews.


Applicants to the Federal Court application

1. Ahmad Abdorrahman Awatt, a Kurd from Iraq, suffers from Wilson Disease, a genetic disorder that prevents the body from getting rid of extra copper. In Wilson disease, copper builds up in the liver, brain, eyes, and other organs. Over time, high copper levels can cause life-threatening organ damage. As a result, Mr. Awatt is in need of constant blood and urine examinations, as well as monthly ultra-sounds of his liver. As a rejected refugee claimant, he lost coverage for urgent and essential care, although he remains on a moratorium list and cannot be removed from Canada. His speech impediment entitles him to Ontario disability coverage for his numerous medications but he has no coverage for the tests or specialist visits he most urgently needs for his Wilson disease. Mr. Awatt is a minimum wage, occasional laborer and cannot afford to pay for these medical services. He lives with a constant threat to his life and health as well as considerable psychological stress.

2. Daniel Andres Garcia Rodrigues, a refused refugee claimant from Colombia was refused an operation to repair a retinal detachment. He could not afford the large fee for the operation. As his sight was in direct jeopardy, his doctor wrote to the respondent’s medical service explaining the urgency of his situation and requesting help. On August 17, 2012 the doctor was told that no IFHP coverage would be available, since he was now classified as a rejected refugee claimant although his wife has been accepted as a refugee and is sponsoring him. He has a work permit and is paying taxes. On August 20, 2012, Daniel’s doctor agreed to perform the eye surgery at a fraction of the cost. Further delay could have resulted in Daniel losing his vision. The withdrawal of IFHP coverage put Daniel’s vision at risk and caused him considerable psychological stress as he faced the prospect of no longer being able to support his family due to blindness and his inability to pay for the sight-saving surgery.

3. Hanif Ayubi has had type 1 diabetes since the age of 10. He came to Canada as a refugee from Afghanistan in April, 2001 in order to escape forced conscription by the Taliban and the imposition of Sharia law. His claim was rejected but he has remained on a removals moratorium list since 1994. Since June 30, 2012 he has been denied insulin and medical care under the IFHP since he is no longer eligible for urgent and essential care (“health care coverage”). He is unable to access the necessary blood tests he needs to monitor his diabetes. He is being kept alive on free samples of insulin from a community medical clinic in Ottawa. He has a work permit and has been paying taxes, but does not earn enough to cover the cost of medication and diagnostics. His health has been put at risk and his situation has been extremely worrisome for him.


Case Histories of patients denied medical care under IFHP

Patient 1: a refugee claimant arrived in Saskatoon in the fall of 2012 after fleeing a Middle Eastern country where he was persecuted for being Christian. Soon after arriving, he began having abdominal pain and was diagnosed with cancer. The IFHP no longer covered the costs of chemo-therapy medications. As he could not afford to pay for these medications, they were ultimately provided by a hospital pharmacy after church groups advocated on his behalf.

Patient 2: A 76 year old failed refugee claimant from Sri Lanka was undergoing chemotherapy for bladder cancer when his IFHP was cancelled. He also requires numerous prescription medications for diabetes mellitus, hypertension, aortic valve endocarditis, anemia, and must take intravenous antibiotics regularly. For now, his doctors are providing care free of charge, but he has to beg family members for the $600 needed each month to cover the costs of life sustaining medications.

Patient 3: A failed refugee claimant from Mexico living in Red Deer, Alberta was diagnosed with testicular cancer in October 2012. He has no IFHP coverage for his hospital treatments. Two doctors in Red Deer donated their time to perform surgery on him but he needs chemotherapy and radiation therapy medications which are also not covered.

Patient 4: A failed refugee claimant from Libya who has been in Canada for about 25 years due to the fact that Libya had been on a moratorium list had his right leg amputated below the knee in the fall of 2012 due to infection, likely related to diabetes. The infection is continuing and is now in the bone. The hospital needs payment for the operation and he cannot go to rehab to be fitted for prosthesis without IFH coverage.

Patient 5: a stateless HIV-positive woman who had been a victim of human trafficking and who had abandoned her refugee claim due to poor legal advice did not have access even to Public Health and Public Safety IFH coverage after July 1, 2012. She therefore posed an unresolved threat to public safety because HIV-AIDS is considered a contagious disease.

Patient 6: An elderly man from Cuba lost his refugee claim but has serious mental health issues and will no longer be covered for treatment or medication.

Patient 7: In early July 2012, a young 24 year old women in Canada for 4 years, 35 weeks pregnant, arrived at a free refugee health care clinic crying, with severe abdominal pain. Her obstetrician told her she was required to pay $130.00 for a visit because her IFH coverage had been cancelled. She stayed at home with her pain, unable to pay the $130, but eventually was examined at the free clinic.

Patient 8: In early July, 2012 a 61 year old gentleman residing in a refugee shelter ran out of his 12 heart medications. Since his IFH coverage had expired, he could no longer afford medication renewals or doctor’s visits. He was suffering from heart failure and atrial fibrillation. He arrived at a free clinic sweating profusely and frightened.

Patient 9: A rejected refugee claimant became ill with a common, treatable condition. As he had had no IFH coverage since July 1, 2012 and could not afford a doctor’s visit, by December 2012, his condition had reached a life threatening level. He had to be sent to the hospital.

Patient 10: In late July, 2012 a six year old child awaiting his refugee hearing with his parents developed a dental abscess. He had had open heart surgery when he was 15 days old and required pediatric cardiology follow up. However, his parents’ IFH dental care coverage had been cancelled as of July 1, 2012, which posed a serious health risk since the abscess could infect his heart. His family doctor was requesting payment before continuing any care.

Patient 11: In late July 2012, a 42 year old refugee claimant from Africa who had been beaten and left for dead in the street and who was suffering from chronic severe abdominal pain as a result was dropped by her physician once her IFH coverage was cancelled and she was unable to afford the fees.

Patient 12: Three weeks after his IFH coverage was revoked, a rejected refugee suffering from sickle cell anemia developed recurring leg ulcers due to lack of affordable regular medical follow-up.

Patient 13: On July 31, 2012 a four year old refugee claimant child from Iran came to a free medical clinic crying and in severe pain from an ear-infection that had gone untreated because her parents could not afford to pay their doctor once their IFH coverage was cancelled.

Patient 14: A refugee claimant from Iran with cancelled IFH coverage could not afford hospital treatment for her broken foot for one week. She arrived at a free clinic limping badly on July 31, 2012.

Patient 15: In August, 2012 a claimant who was 7 months pregnant was in a panic and desperate after her IFH coverage was cancelled as she could not afford doctor’s fees for pre-natal care or delivery. She was referred to a volunteer midwife and told to report to the emergency room when she went into labour.

Patient 16: An 8 year old rejected refugee claimant from Africa who suffers from asthma begins coughing and wheezing more severely because he and his mother can no longer afford medical care after their IFH coverage is revoked (September 2012).

Patient 18: A male refugee claimant experiencing chest pain and having characteristics that makes his physician suspicious of tuberculosis is not eligible for a chest x-ray.

Patient 19: A female accepted refugee with asthma has an avoidable emergency room visit and hospitalization because of a lack of medication.

Patient 20: A female refugee claimant with fibroids and adenomyosis has surgery cancelled due to her IFH status. As a result, the patient has numerous emergency room visits and doctor’s office visits for severe pain.

Patient 21: A male refugee claimant with expired IFH coverage has three children, two requiring immunizations and a third requiring follow-up on an operation on his aorta at birth. They were turned away from two clinics and unable to see a physician.

Patient 22: A female refugee claimant who is a senior with diabetes and chronic kidney disease sees her condition deteriorate because of lack of access to medication, regular blood testing and monitoring, and dietician education.

Patient 23: A refugee claimant who is a mother of two is unable to seek treatment for high blood pressure after June 30, 2012.

Patient 24: A refugee claimant, 32 weeks pregnant, presents at two emergency rooms suffering from lower abdominal pain. On both occasions she is told that she would have to sign a document stating that she would be responsible for the costs of her visit. She leaves the emergency room on both occasions without being seen.

Patient 25: A man admitted to hospital with congestive heart failure and 12 other medical conditions is discharged home without the necessary home care follow up, placing him at a much higher risk of readmission.

III Refugee Claimants who are eligible for IFHP benefits but are still denied medical care

The sudden and arbitrary revocation of medical service under the IFHP has caused confusion within the medical community as to who is covered under the IFHP and who is not. Some IFHP-entitled refugee claimants have been mistakenly refused medical care due to perceived IFHP ineligibility by doctors, or delays in the processing of the newly complex IFHP applications by Citizen and Immigration Canada. Here is a sample of these types of cases as catalogued by physicians working with refugee-patients, including Canadian Doctors for Refugee Care:

Patient 26: In September, 2012 a 12-month old baby whose mother was awaiting her refugee hearing was suffering from a fever and had not been eating properly for a month. Their doctor was charging for treatment based on a perceived lack of IFH coverage. The baby had infections in both ears, infected tonsils and was in considerable discomfort.

Patient 27: A woman fled her country despite the fact that she was 33 weeks pregnant in order to save her 13 year old daughter from female genital mutilation. Likely as a result of the complex new eligibility system, issuance of her IFH coverage document was delayed until after her expected delivery date and she faced the prospect of having to pay for pre-natal care and hospital services she could not afford.

Patient 28: In November, 2012 a child refugee claimant with a cleft lip and palate that had become infected was denied care by a doctor despite the fact that he had valid IFH coverage.

Patient 29: A 28 year old pregnant diabetic claimant with a history of miscarriage and high blood pressure with valid IFH coverage was refused medical care by a family doctor due to a perceived lack of coverage.

Patient 30: A young child from Africa with a high fever but had no health insurance because his IFHP had not been activated.

Patient 31: A woman in her third trimester of pregnancy develops pre-eclampsia, a potentially lethal disease, but has no coverage to treat her condition.

Patient 32: A man with a rectal mass is turned away from care a multitude of times although he should have IFHP health insurance.

Patient 33: A young child from Africa could not get a chest X-ray after her IFHP was issued but there was a delay in its implementation. She eventually was found to have pneumonia.

Patients 34 and 35: Two young children with multiple hospitalizations for asthma cannot get access to their inhalers leaving them at risk for seeking out care through emergency departments.

Patient 36: A teenager with Post Traumatic Stress Disorder and previous suicide attempts who has valid IFHP coverage is cut off from essential psychiatric medications;

Patient 37: A young girl from an area with malaria has a high fever but does not have health coverage to rule out malaria as she awaits her IFHP coverage to be initiated.

Patient 38: A privately sponsored refugee arrived in October 2012 suffering from serious abdominal pain and needing to see a gynecologist. A community health centre refused to refer her to a specialist based on the false perception that she was not entitled to IFHP coverage. She suffered in pain for several months until a lawyer clarified her situation and informed the group-sponsors of her eligibility.


Primer: Interim Federal Health Program Changes

Michelle Carlissimo, University of Ottawa CARL Chapter

The Interim Federal Health Program (IFHP) was introduced in June 1957 to provide temporary health, vision and dental insurance to all refugee claimants and resettled refugees, up until the time they were either accepted as refugees and were eligible for provincial health care, or if not accepted, until they had exhausted their legal options to remain in Canada. Refugee claimants have received some type of interim federal health insurance coverage since 1957. The health coverage was similar to coverage received by Canadians on certain social assistance programs like the Ontario Disability Support Program.

The program remained unchanged from 1957 until April 2012, when the federal government issued an Order in Council to drastically cut benefits to refugee claimants. The changes were made without advance notice and without consultations. The cuts came into effect on June 30, 2012.

The changes to the IFHP are important for several reasons:

  • The changes introduced five different categories of coverage resulting in confusion for both claimants and health care providers.
  • The changes will result in a significant downloading of costs onto the provinces and onto individual physicians who provide certain emergency services free of charge.
  • Cutting preventative and primary health care is poor health policy that threatens public safety and will likely increases costs to taxpayers.
  • The new IFH rules leave some claimants with no coverage at all, such as those from countries designated “safe” (including urgent care, unless there is a public health or safety concern).
  • Psychological support services are no longer available; including for survivors of torture, rape, or other violence, except where public safety is an issue.
  • Unsuccessful claimants only have access to medical care if their conditions is a risk to public health or security; this includes those who cannot be removed due to a government issued moratorium on removal to their country of origin (ex. Afghanistan).
  • The cuts to health services for refugees – some of whom will have just escaped war, violence, or famine – are unjust and counter to Canada's long history of compassion and openness.

On February 25, 2013 CARL and Canadian Doctors for Refugee Care (CDRC) filed documents with the Federal Court on behalf of three patients that have been denied critical health care since the IFHP changes in June 2012. The challenge asks the court to declare the health cuts to refugee claimants are both unconstitutional and illegal. 



Soins de santé pour les réfugiés

Le 25 février, Canadian Doctors for Refugee Care (CDRC) et l’Association canadienne des avocats et avocates en droit des refugiés (ACAADR), ainsi que trois patients, ont demandé a la Cour fédérale du Canada de déclarer inconstitutionnelle et illégale la réduction de droits à la sécurité sociale pour les réfugiés.

Communiqué de presse

Document d'information

Demandeurs à la contestation juridique

Cas des patients à qui l’on a refusé des soins médicaux sous le PFSI


COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Médecins et avocats s’engagent contre la réduction du programme fédéral de santé intérimaire pour les réfugiés

Toronto, le 25 février 2013

Aujourd’hui, Canadian Doctors for Refugee Care (CDRC) et l’Association canadienne des avocats et avocates en droit des refugiés (ACAADR), ainsi que trois patients, ont demandé a la Cour fédérale du Canada de déclarer inconstitutionnelle et illégale la réduction de droits à la sécurité sociale pour les réfugiés.

Le programme fédéral de santé intérimaire pour les demandeurs d’asile (PFSI) existe depuis 1957 et est administré par Citoyenneté et Immigration Canada. PFSI couvre les soins de santé élémentaires dont ont besoin les demandeurs d’asile et les demandeurs d’asile dont la demande a été rejetée jusqu’à ce qu’ils soient expulsés du Canada ou qu’ils deviennent éligibles pour la sécurité sociale provinciale. Sans avoir consulté aucun organisme, le ministre de l’immigration, M. Jason Kenney a supprimé le programme en Juin 2012, et l’a remplacé par un nouveau programme qui dénie l’accès aux soins médicaux de base, d’urgence, et qui sauvent des vies à des milliers de demandeurs d’asile qui ont demandé la protection du Canada en toute légalité.

Le fait que ces nouvelles règles opaques aient étaient crées au sein d’un processus secret, les fournisseurs de prestations sociales, les compagnies d’assurance et les patients sont confus. De nombreux patients ont peur de demander l’accès à la sécurité sociale, et certains médecins refusent tout simplement de soigner un demandeur d’asile.

Dr. Meb Rashid, un des membres fondateurs de CDRC, a déclaré : « Certains patients ne peuvent être soignés que si leur condition constitue une menace pour les citoyens canadiens. Ceci est bien inférieur au niveau de soin qu’un médecin veut pouvoir fournir à ses patients. En fin de compte, la réduction du PFSI coutera autant ou plus au système de sécurité sociale canadien en termes de soins d’urgence et a déjà causé beaucoup de souffrances. »

« Ceci est aussi bien inférieur au niveau de soins qu’un pays démocratique devrait fournir aux demandeurs d’asile ou tout autre individu sous sa juridiction », a ajouté Lorne Waldman, président de l’ACAADR et avocat principal pour l’affaire présentée à la Cour fédérale.

« Cette réduction est contraire à la Charte canadienne des droits et libertés ainsi qu’aux obligations internationales du Canada contenues dans la Convention pour les Réfugiés de l’ONU. Pire encore, elle est avare et dure. Les gens souffrant de conditions sévères sont mis en danger ; ils souffrent inutilement, et tout ça pour faire de maigres économies. »

L’ACAADR et le CRDC sont tous deux reconnaissant à leurs collègues de leur participation au redressement d’une erreur évident. M. Waldman a précisé qu’il ne se souvenait pas d’une autre occasion pour laquelle les avocats et les médecins se sont unis pour la défense d’une cause commune, et pour dénoncer cette injustice devant les tribunaux.

Pour plus d’information, veuillez contacter:

Dr. Meb Rashid: mebrashid@hotmail.com | 416.315.1270
Dr. Philip Berger: bergerp@smh.ca | 416.867.3712
M. Lorne Waldman: lorne@lornewaldman.ca | 416.482.6501


DOCUMENT D’INFORMATION: Une contestation juridique de la réduction du programme fédéral de santé intérimaire pour les réfugiés

Une contestation juridique de cette réduction a été déposée devant la Cour fédérale du Canada, avec l’argument que cette réduction est inconstitutionnelle et viole les obligations internationales du Canada découlant du droit international.

Le Canada a une longue tradition de fournir une aide aux soins aux réfugiés

Le programme fédéral de santé intérimaire pour les demandeurs d’asile (PFSI), un programme d’assurance fédérale, fournissait une assurance en matière de soins sociaux, visuels te dentaires aux demandeurs d’asile et réfugiés relocalisés, jusqu’au moment où ils étaient soit acceptés comme réfugiés et étaient éligibles pour la sécurité sociale provinciale, ou, s’ils n’étaient pas acceptés, jusqu’au moment où ils avaient épuisé tous les recours judicaires possibles pour rester au Canada. Les demandeurs d’asile ont reçu une sorte de sécurité sociale fédérale depuis 1957.

Les réductions éliminent la plupart des avantages fédéraux en matière de sécurité sociale pour les réfugiés, même pour les enfants

Le 5 avril 2012, le gouvernement a passé un décret en conseil des Ministres pour réduire drastiquement les avantages sociaux payés par le gouvernement aux demandeurs d’asile. Ces changements ont été réalisés sans aucun avertissement et sans consultation avec les provinces ou les acteurs concernés dans les domaines de la santé et de l’immigration.

Cette réduction du programme est entrée en vigueur le 30 juin 2012, et contient les éléments suivants :

  • les demandeurs d’asile sont couverts pour les soins médicaux, mais ne sont plus couverts au niveau fédéral pour les soins relatifs à la vision, les soins dentaires ou les médicaments sous ordonnance-même ceux permettant de rester en vie comme l’insuline. Cette règle s’applique même aux réfugiés parrainés par le secteur privé- des personnes que le Canada reconnait comme ayant besoin de protection.

Examples :
Un enfant demandeur d’asile avec un problème cardiaque développe un abcès dentaires avant l’audience de sa demande d’asile. L’infection est susceptible de se propager à son cœur, cependant il ne peut pas recevoir de soins dentaires avant qu’une décision ait été prise concernant la demande d’asile de sa famille.

Un demandeur d’asile est diagnostiqué comme souffrant d’un cancer après qu’il soit arrivé au Canada mais avant que sa demande d’asile ait été examinée. Il peut consulter un médecin, mais ne peut bénéficier d’une assurance pour couvrir les coûts de sa chimiothérapie ou de ses médicaments.

  • Les réfugies provenant de pays désignés comme « sûrs » (Pays d’Origine Désignés, ou POD), comme le Mexique et la Hongrie, ne peuvent plus recevoir aucune aide aux soins à compte du 15 décembre 2012, à moins que leur condition ne constitue une menace pour la sécurité publique ou la sécurité des canadiens.

Example :
Une femme enceinte de 5 mois fuit son partenaire abusif au Mexique. Comme le Mexique a été désigné comme un pays « sûr », cette femme n’aura accès à aucune aide aux soins prénatale, elle ne pourra pas bénéficier d’une assurance sociale pour son accouchement ou les soins post-natals.

  • Les demandeurs d’asile dont la demande a été rejetée ne pourront bénéficier d’une aide aux soins que si leur condition constitue une menace à la santé publique ou à la sécurité du pays. Même lorsque la personne ne peut être expulsée du Canada, lorsque le gouvernement impose un moratorium sur les expulsions pour certains pays particulièrement dangereux comme l’Afghanistan ou l’Iraq, elle ne bénéficie d’aucune couverture sociale, bien qu’elle puisse travailler légalement au Canada.

Example :
Un demandeur d’asile refusé provenant d’Afghanistan ne peut être renvoyé en Afghanistan, en vertu du moratoire sur les renvois en Afghanistan qui est en place depuis 1994. Il peut obtenir un permis de travail pour pouvoir se supporter financièrement pendant que son statut d’immigration est incertain. S’il a une crise cardiaque, en tant que demandeur d’asile rejeté, il n’et pas éligible pour recevoir une couverture sociale pour son traitement ou la médication nécessaire.


La réduction de la couverture sociale pour les réfugiés a un impact significatif

Les modifications apportées à al couverture sociale des réfugiés sont majeures pour plusieurs raisons :

  • c’est une diminution dramatique du niveau de base de la couverture sociale accordée à des personnes parmi les plus marginalisées et vulnérables du Canada (parfois leurs problèmes de santé sont directement liés à la persécution dont ils ont soufferts dans leur pays d’origine) ;
  • les personne vont probablement subir des problèmes de santé majeurs en vertu de cette nouvelle politique ;
  • les réfugiés ont bénéficié d’une couverture sociale fédérale depuis 55 ans ; cette réduction du programme marque un changement majeur de la tradition canadienne de couverture sociale universelle et de son traitement humanitaire des refugiés ;
  • les changements ont été imposés sans consultation avec les provinces, ou avec les acteurs principaux dans les domaines de la santé et de l’immigration ;
  • les changements vont transférer les coûts aux provinces et aux médecins qui devront fournir certains services d’urgence de manière gratuite ;
  • la complexité des changements assortie de l’absence de consultation préalable ont empêché la communauté médicale de comprendre les changements rapidement et d’informer leurs patients sur leur situation de manière détaillée ;
  • le coût annuel moyen du PFSI était de 552 dollars par demandeur d’asile ;
  • de manière ironique, cette réduction du programme est susceptible d’augmenter les coûts du gouvernement en matière de santé sur le long terme, car les traitements d’urgence coûtent généralement plus chers que les traitements préventifs supprimés par cette mesure.


La contestation juridique soutient que cette réduction de la couverture sociale des réfugiés est inconstitutionnelle

La contestation juridique de cette mesure a été déposée devant la Cour fédérale du Canada, de la part de trois patients qui se sont vus refusé une aide sociale concernant des soins vitaux depuis que le gouvernement a réduit le PFSI en Juin 2012.

Cette réduction du programme est également critiquée par deux groupes sociaux d’intérêt public qui apportent leur soutien sous la forme de leur expertise et de leurs ressources à cette affaire : Canadian Doctors for Refugee Care, un groupe de docteurs traitant des réfugiés dans tout le pays, et l’Association canadienne des avocats et avocates en droit des refugiés, une association nationale regroupant des avocats et juristes impliqués dans les thématiques liées aux réfugiés.

L’affaire déposée devant la Cour fédérale soutient que cette réduction de la couverture sociale accordée aux réfugiés viole les droits de l’homme fondamentaux des réfugiés, tels qu’ils sont protégés par la Charte canadienne des droits et libertés, sans justification légale.

La réduction menace le droit à la vie et à al sécurité de la personne contenu dans la section 7 de la Charte.

  • La Cour Suprême du Canada a déjà exprimé clairement dans la décision Chaoulli que le fait de refuser une aide sociale peut augmenter le risque de complications médicales et causer un stress psychologique sévère qui menacent la sécurité de la personne et peuvent même mener à la mort, en violation de la section 7. Le gouvernement n’a pas motivé sa décision de réduire ce programme. Si l’on considère que le but de cette réduction est de décourager les demandes frauduleuses, il n’y a aucune preuve que cette réduction est un moyen d’atteindre ce but. Par conséquent, la décision du gouvernement de réduire la couverture sociale des réfugiés est arbitraire et injustifiée.

La réduction du programme constitue un traitement anormal et cruel, en violation de la section 12 de la Charte.

  • Cette réduction réduit et dénie une aide aux soins basique et vitale pour les demandeurs d’asile, ce qui est susceptible de leur causer des douleurs et souffrances significatives et non-nécessaires. Les modifications du programme sont contraires à la pratique internationale ; de nombreux pays européens fournissent une couverture de sécurité sociale plus complète aux demandeurs d’asile que le Canada.

La réduction du programme établit une discrimination contre les réfugiés provenant de certains pays, et contre le statut d’immigration des personnes, ce qui viole la section 15 de la Charte.

  • Pour la première fois, le type de couverture sociale accordée à un réfugié dépend de son pays d’origine. Les changements effectués par le gouvernement fédéral au système de couverture sociale des réfugiés refusent une assistance médicale aux personnes provenant de certains pays, comme par exemple le Mexique et la Hongrie, qui ont été désignés comme des pays « sûrs » par le Ministre, mais acceptent une aide sociale aux réfugiés provenant d’autres pays. La réduction du programme établit également une discrimination entre personnes ayant un statut d’immigration différent, en refusant une aide médicale de bases aux personnes résidant au Canada au motif qu’ils demandent l’asile.

La réduction du programme est contraire aux obligations du Canada découlant du droit international.

  •  la Convention sur les droits de l’enfant, et la Convention relative au statut de réfugié, le Canad a l’obligation de fournir une aide médicale de base aux réfugiés et enfants. La réduction du programme viole cette obligation.


Contexte a la contestation judiciaire quant a l’annulation de services médicaux aux refugies: Quelques patients ayant essuyé un refus de soins médicaux essentiels sous le régime du Programme fédéral de santé intérimaire (PFSI)

La quarantaine de patients appuyant la contestation sont soit des revendicateurs au statut de réfugié soit des réfugiés dont la demande a été refusée. Aucun n’a eu droit à des soins médicaux ou des médicaments sous le régime PFSI. Des médecins un peu partout au Canada ont documenté ces situations dans le but d’alerter les Canadiens : ces nouvelles règles ont généré des grave risques et souffrances. Les patients ne sont pas identifiés afin de protéger leur vie privée. Aucun n’accordera d’entrevue.


Demandeurs à la contestation juridique

1. Ahmad Abdorrahman Awatt est un Kurde iraquien souffrant de la maladie de Wilson. Cette condition génétique empêche l’élimination de cuivre excédentaire du système causant l’accumulation de cuivre dans divers organes dont le cerveau, les yeux, le foie. En conséquence, M. Awatt doit subir constamment des examens de sang et d’urine ainsi que des ultrasons mensuels du foie. A titre de revendicateur débouté il est exclu des soins médicaux urgents et essentiels. Par contre, vu le moratoire en vigueur quant à son pays d’origine, il ne peut être déporté. L’Ontario assume les frais pour ses médicaments. Par contre il n’au aucune aide pour les tests et visites auprès de spécialistes. Avec un revenu au salaire minimum et comme travailleur sporadique il n’a pas les moyens de payer pour ces soins. De ce fait, la vie et la santé de M. Awatt sont constamment et péril, sans compter la crainte, l’anxiété et le stress psychologique.​

2. Daniel Andress Garcia Rodrigues est un réfugié débouté de Colombie. On lui a refusé une opération visant à réparer le détachement de sa rétine et ses moyens financiers ne lui permettaient pas d’assumer les coûts élevés d’une telle intervention. Son médecin communiquait avec les services compétents explicitant l’extrême gravité de la situation puisqu’il risquait de perdre la vue. La réponse est en date du 17 août 2012 : étant classifié comme réfugié débouté, pas de couverture médicale. Son épouse a été reconnue réfugiée et l’a parrainé. Il travaille et paie ses impôts. Vu l’urgence et le risque grave son médecin consenti a faire l’opération à un coût minime. Ce dénis de ce droit mettait à risque la vision de Daniel. Déplus, le stress considérable se mêlait et sa crainte de d plus pourvoir subvenir aux besoins de sa famille.

3. Hanif Ayubi souffre du diabète, type 1, depuis l’âge de 10 ans. En avril 2001, il revendiquait le statut de réfugié à l’encontre de l’Afghanistan craignant la conscription par le Taliban et l’imposition de la Loi Sharia. Sa revendication fut refusée. Un moratoire interdisant la déportation en Afghanistan est cependant en vigueur depuis 1994. Depuis Juin 2012, sous le nouveau régime du PFSI, il n’accès ni à des soins médicaux essentiels et urgent ni à l’insuline, pas plus que les tests sanguins. Une clinique médicale communautaire à Ottawa lui fournit l’insuline par ses échantillons gratuits. Il travaille et paie ses impôts mais ses revenus restent insuffisants pour couvrir les frais de diagnostiques et médicaments essentiels. Sa santé est évidement à risque et, bien entendu, il souffre psychologiquement de cette situation.


Cas des patients à qui l’on a refusé des soins médicaux sous le PFSI

Patient 1 : Un revendicateur du statut de réfugié est arrivé à Saskatoon, à l’automne de 2012, après avoir fui un pays du Moyen Orient où il était persécuté du fait d’être chrétien. Peu après son arrivée, il a commencé à avoir des douleurs abdominales et il a été diagnostiqué avec le cancer. Le PFSI ne couvrait plus les coûts des médicaments chimio-thérapeutiques. Comme il n’avait pas les moyens de payer ces médicaments, c’est une pharmacie d’hôpital qui les a finalement fournis après que des membres d’une église soient intervenus.

Patient 2 : Un revendicateur du statut de réfugié débouté âgé de 76 ans originaire du Sri Lanka suivait un traitement pour cancer de la vessie quand son PFSI a été annulé. Il a aussi besoin de nombreux médicaments sur ordonnance pour le diabète mellitus, l’hypertension, l’endocardite des valvules aortiques, l’anémie, et il doit prendre des antibiotiques intraveineux de façon régulière. Pour le moment, ses médecins lui fournissent des soins gratuitement, mais il doit supplier sa famille de lui donner les $600 dont il a besoin chaque mois pour payer le coût des médicaments qui le maintiennent en vie.

Patient 3 : Un revendicateur du statut de réfugié débouté originaire du Mexique habitant à Red Deer, en Alberta, fut diagnostiqué avec du cancer testiculaire en octobre 2012. Il n’est pas couvert par le PFSI pour ses traitements à l’hôpital. Deux médecins de Red Deer ont donné leur temps gratuitement afin de l’opérer mais il a besoin de chimiothérapie et des médicaments de radiothérapie qui ne sont pas couverts non plus.

Patient 4 : Un revendicateur du statut de réfugié débouté originaire de la Libye qui est au Canada depuis quelques 25 ans, car il y a un moratoire vers la Libye, a eu sa jambe droite amputée au genou à l’automne 2012 à cause d’une infection probablement liée au diabète. L’infection continue et a maintenant atteint les os. Il faut payer pour qu’on l’opère à l’hôpital et il ne peut pas suivre des traitements de réhabilitation avec une prothèse sans la couverture du PFSI.

Patient 5 : Une femme apatride atteinte de VIH-SIDA, qui avait été victime de trafic de personnes et qui avait retiré sa revendication du statut de réfugié dû à de piètres conseils juridiques, n’avait même pas accès à la couverture SFI accordée par la Santé publique et la Sécurité publique après le 1 juillet 2012. Elle était donc une menace non résolue à la sécurité publique car l’on considère le VIH-SIDA comme une maladie contagieuse.

Patient 6 : La revendication du statut de réfugié d’un homme âgé originaire de Cuba fut débouté mais il a de sérieux problèmes mentaux et n’est plus couvert pour des traitements ou pour des médicaments.

Patient 7 : Au début juillet 2012, une jeune femme âgée de 24 ans qui est au Canada depuis quatre ans et qui était enceinte de 35 semaines s’est présentée, toute en pleurs, à une clinique de soins médicaux gratuits pour réfugiés avec des douleurs abdominaux sévères. Son médecin obstétricien lui a dit qu’elle devait payer $130.00 pour la visite car sa couverture FSI avait été annulée. Elle est retournée chez elle où elle est restée avec ses douleurs, incapable de payer les $130.00, mais éventuellement elle a été examinée dans une clinique gratuite.

Patient 8 : Au début juillet 2012, un homme âgé de 61 ans demeurant dans une auberge pour réfugiés avait épuisé les 12 médicaments pour son cœur. Depuis que sa couverture FSI était terminée, il ne pouvait plus payer de nouvelles ordonnances ni des visites au médecin. Il souffrait d’insuffisance cardiaque et de fibrillation auriculaire. Il est arrivé à une clinique gratuite, effrayé et ruisselant de sueur.

Patient 9 : Un revendicateur du statut de réfugié débouté a attrapé une maladie commune et guérissable. Comme il n’était pas couvert par le PFSI depuis le 1 juillet 2012 et qu’il ne pouvait pas se payer une visite médicale, sa maladie avait atteint, en décembre 2012, un niveau mortel. Il a dû être envoyé à l’hôpital.

Patient 10 : Vers la fin juillet 2012, un enfant de six ans qui attendait l’audience de sa revendication de statut de réfugié avec ses parents a eu un abcès dentaire. Il avait eu une chirurgie à cœur ouvert 15 jours après sa naissance et avait besoin d’un suivi pédiatrique cardiologique. Cependant, la couverture dentaire de ses parents au programme FSI avait été annulée dès le 1 juillet 2012, ce qui posait un sérieux risque médical puisque l’abcès pouvait infecter son cœur. Le médecin de la famille demandait d’être payé avant de fournir quelque soin.

Patient 11 : Vers la fin juillet 2012, une revendicatrice du statut de réfugié originaire de l’Afrique qui souffrait de sévères douleurs chroniques abdominales et qui avait été battue et qu’on croyait morte dans la rue a été abandonnée par son médecin une fois que sa couverture FSI eut été annulée et qu’elle ne pouvait pas payer pour les soins.

Patient 12 : Trois semaines après l’annulation de la couverture FSI, des ulcères récurrents se sont développés à la jambe d’un revendicateur du statut de réfugié débouté souffrant d’anémie falciforme à cause du manque de suivi médical régulier et abordable.

Patient 13 : Le 31 juillet 2012, un enfant de quatre ans originaire de l’Iran qui avait revendiqué le statut de réfugié s’est présenté à une clinique médicale en pleurs et avec des douleurs aigües suite à une infection à l’oreille qui n’avait pas été soignée vu que ses parents ne pouvaient pas payer le médecin après l’annulation de leur couverture FSI.

Patient 14 : Une revendicatrice du statut de réfugié originaire de l’Iran dont la couverture FSI avait été annulée ne pouvait pas payer le traitement hospitalier pour son pied cassé une semaine auparavant. Elle s’est présentée à une clinique gratuite en boitant considérablement.

Patient 15 : Au mois d’août 2012, une revendicatrice du statut de réfugié enceinte de sept mois était affolée désespérée car sa couverture FSI avait été annulée et elle ne pouvait pas payer les coûts du médecin pour des soins prénataux et pour l’accouchement. Elle a été référée à une sage-femme bénévole et on lui a informé de se présenter à la salle d’urgence quand elle allait accoucher.

Patient 16 : Un enfant âgé de huit ans qui était un revendicateur du statut de réfugié débouté originaire de l’Afrique souffrant de l’asthme commence à tousser et à avoir encore plus du mal à respirer parce que lui et sa mère ne peuvent plus payer des soins médicaux une fois leur couverture FSI annulée.

Patient 18 : Un revendicateur du statut de réfugié qui avait des douleurs à la poitrine et qui présente des caractéristiques menant son médecin à soupçonner qu’il est atteint de la tuberculose n’est pas éligible à se faire faire des examens aux rayons X.

Patient 19 : Une femme dont la revendication du statut de réfugié fut acceptée et qui souffre de l’asthme fait une visite à la salle d’urgence et doit être hospitalisée pour manque de médicaments. La visite à la salle d’urgence et l’hospitalisation auraient pu être évitées.

Patient 20 : La chirurgie pour une revendicatrice du statut de réfugié qui souffre des fibromes et d’adenomyose est annulée car elle n’est plus couverte par le PFSI. En conséquence, la patiente doit se présenter à la salle d’urgence et au cabinet du médecin de nombreuses fois à cause des douleurs sévères.

Patient 21 : Un revendicateur du statut de réfugié dont la couverture du PFSI est expirée a trois enfants : deux d’entre eux ont besoin des vaccins et le troisième a besoin d’un suivi ayant subi une opération de l’aorte à sa naissance. Deux cliniques les ont renvoyés et ils n’ont pas pu voir un médecin.

Patient 22 : Une revendicatrice du statut de réfugié du troisième âge, diabétique et soufrant d’une maladie chronique du rein voit sa condition détériorer car elle n’a pas accès à des médicaments, à des analyses et des contrôles réguliers du sang, ainsi qu’à une éducation diététique.

Patient 23 : Une revendicatrice du statut de réfugié mère de deux enfants ne peut obtenir de traitement pour son hypertension artérielle après le 30 juin 2012.

Patient 24 : Une revendicatrice du statut de réfugié, enceinte de 32 semaines, se présente à deux salles d’urgence souffrant des douleurs abdominales. Les deux fois on lui dit qu’elle doit signer un document se portant responsable des coûts de la visite. Elle quitte la salle d’urgence les deux fois sans avoir reçu des soins.

Patient 25 : Un homme admis à l’hôpital souffrant d’insuffisance cardiaque et 12 autres conditions médicales est renvoyé à la maison sans possibilité de recevoir un suivi des soins à domicile.


Programme fédéral de santé intérimaire

La décision subite et arbitraire du gouvernement fédérale de couper les services médicaux offerts en vertu du PFSI a provoqué de la confusion au sein de la communauté médicale pour déterminer ceux qui ont droit aux soins en vertu du PFSI et ceux que n’y ont pas droit. Certains demandeurs d’asile se sont vus refuser des soins, soit en raison d’une croyance erronée des médecins, soit en raison des délais liés au traitement de la complexité des nouvelles demandes par Citoyenneté et immigration Canada. Voici certains exemples répertoriés par des médecins qui traitant des demandeurs d’asile, incluant le groupe des Médecins canadiens pour le soin des réfugiés :

Patient 26 : En septembre 2012, un bébé de 12 mois dont la mère était en attente de son audience de demande d’asile, avait la fièvre et ne mangeait pas correctement. Leur médecin a facturé les services offerts à l’enfant, étant sous l’impression que l’enfant n’était plus éligible en vertu du PFSI. Le bébé souffrait d’une infection aux deux oreilles, aux amygdales et il ne cessait de pleurer.

Patient 27 : Une femme a fuit son pays, malgré le fait qu’elle était enceinte de 33 semaines, pour éviter la mutilation génitale de sa fille de 13 ans. En raison de la complexité des nouveaux critères d’éligibilité, ce n’est qu’après l’accouchement qu’elle reçut la confirmation de sa couverture médicale par le PFSI, faisant ainsi face à la crainte de devoir payer de sa poche les soins pré-nataux et les services hospitaliers alors qu’elle n’en avait pas les moyens.

Patient 28 : En novembre 2012, un enfant demandeur d’asile souffrant d’une fente labiale et palatine infectée, n’a pu recevoir de soins médicaux bien qu’il avait une couverture médicale valide sous le PFSI.

Patient 29 : Une femme enceinte de 28 ans, demandeur d’asile, souffrant du diabète, de haute pression et ayant un passé médical de fausses couches, s’est vu refuser des soins médicaux par son médecin de famille en raison d’une fausse perception d’absence de couverture médicale.

Patient 30 : Un jeune enfant africain souffrant d’une grosse fièvre n’avait pas de couverture médicale car son dossier du PFSI n’avait pas été activé.

Patient 31 : Une femme a développé une pré-éclampsie lors de son 3e semestre de grossesse. Bien qu’il s’agisse d’une condition qui peut être mortelle, elle n’a pas de couverture médicale.

Patient 32 : Un homme nécessitant un examen rectal se voit refuser des soins à plusieurs reprises bien qu’il devrait recevoir des soins en vertu du PFSI.

Patient 33 : Une jeune enfant africain ne pouvait pas recevoir de traitements de rayons X de la poitrine car sa demande pour recevoir des soins en vertu du PFSI avait été présentée, mais pas encore traitée. Elle souffrait de pneumonie.

Patients 34 et 35 : Deux jeunes enfants qui doivent souvent être hospitalisés pour l’asthme, ne peuvent se procurer des inhalateurs, mettant ainsi leurs vies en périls pour avoir requis des soins d’urgence.

Patient 36 : Un adolescent souffrant de Stress post-traumatique et de nombreuses tentatives de suicide, n’a plus accès à ses médicaments psychiatriques bien que sa couverture médicale du PFSI soit encore valide.

Patient 37 : Une jeune fille provenant d’une région du monde où il y a la malaria souffre d’une grosse fièvre mais ne peut pas recevoir de traitements pour évaluer s’il s’agit ou non de malaria tant et aussi longtemps que sa demande du PFSI ne soit pas initiée.

Patient 38 : Une réfugiée qui avait été parrainée est arrivée en octobre 2012, souffrait de maux abdominaux et avait besoin des services d’un gynécologue. Un centre de santé communautaire a refusé de la référer auprès d’un spécialiste sous la fausse croyance qu’elle n’avait pas droit au PFSI. Elle a souffert pendant des mois avant qu’un avocat mette sa situation au clair et indique aux groupes l’ayant parrainée qu’elle était éligible.